Le SSD.

SSD est un sigle qui signifie :  Solid-State Drive.
C’est le dernier né des supports informatiques de stockage de données.
Il permet le stockage de données sur de la mémoire flash.

Qu’est ce que la mémoire flash ?

La mémoire flash est une mémoire de masse à semi-conducteurs ré-inscriptible, c’est-à-dire une mémoire possédant les caractéristiques d’une mémoire vive mais dont les données ne disparaissent pas lors d’une mise hors tension. Ainsi, la mémoire flash stocke les bits de données dans des cellules de mémoire, mais les données sont conservées en mémoire lorsque l’alimentation électrique est coupée.
Sa vitesse élevée, sa durée de vie et sa faible consommation (qui est même nulle au repos) la rendent très utile pour de nombreuses applications : appareils photo numériques, téléphones cellulaires, imprimantes, assistants personnels (PDA), ordinateurs portables ou dispositifs de lecture et d’enregistrement sonore comme les baladeurs numériques, clés USB. De plus, ce type de mémoire ne possède pas d’éléments mécaniques, ce qui lui confère une grande résistance aux chocs.

Il existe deux grandes familles de mémoires flash :

  • les cartes mémoire destinées aux petits matériels tels que les appareils photo numériques ou les téléphones portables ;
  • les disques électroniques, unités de stockage statiques destinées à remplacer progressivement les disques durs. On les appelle la plupart du temps disques SSD.

ssd
Disque SSD au format 2,5 p.

Fonctionnement et architecture

Un SSD stocke les données (documents, musique, film…) sur de la mémoire flash, de la même manière qu’une simple clé USB. Un SSD est donc un support de mémoires flash relié à l’ordinateur, souvent par SATA III, mais progressivement remplacé par PCI, pour plus de performance. Cette mémoire flash, répartie sur la carte en plusieurs modules, est pilotée par un contrôleur qui organise le stockage et la répartition des données sur l’ensemble de la mémoire. Les données échangées entre le système d’exploitation et la mémoire transitent par une mémoire tampon (buffer). Le SSD fonctionne logiciellement par un BIOS interne qui permet entre autres, la manipulation de divers paramètres et l’affichage de beaucoup d’informations non visibles par l’intermédiaire du système d’exploitation.

En général, un SSD se présente sous la forme qu’un disque dur classique au format 2,5. Ils possèdent généralement une alimentation SATA ainsi qu’une connectique SATA III.

Afin de délivrer le maximum de leur débit, il existe des SSD reliés à la carte mère par le biais d’un connecteur PCI Express. Ceci permet à certains SSD de dépasser la barre du Go/s, alors que les interfaces SATA sont limitées à 600 Mo/s pour les toutes dernières générations, et même 300 Mo/s pour les interfaces SATA les plus répandues.
Les SSD au format PCI Express sont le plus souvent constitués d’un contrôleur RAID interfaçant deux à huit SSD placés directement sur la carte, permettant ainsi d’obtenir une solution RAID clé en main et bien plus compacte qu’une carte SATA RAID raccordée à des SSD SATA classiques.

retrour1

Une souris et des hommes…partageons une même passion informatique et d'échange !